C'était en 1996 : l'édito

Par Nathalie Fraser

C'était en 1996. Nous portions tous CK One de Calvin Klein, rêvions d’une veste à rayures tennis Gucci ou du total look de bibliothécaire faussement rétro signé Prada. Prodigy ou Oasis dans les oreilles, nous avancions Stan Smith aux pieds vers un avenir indécis. Internet débarquait dans nos maisons avec ses modems façon pavés et son entêtante "musique" de démarrage, mais déjà son arrivée remettait en question notre façon d’être, de communiquer. Surfant sur la fin de la tendance grunge, secouée par l’arrivée du sportswear et les prémices du style porno-chic, la mode optait pour une heureuse confusion des genres.

À la rentrée 1996 naissait Mixte, magazine de mode et reflet de son époque. Tandis que certains titres mythiques fermaient, mixte arrivait avec toute la fougue et l’insolence de la jeunesse. S’y bousculaient des noms connus (Sims, Mondino, Lindbergh, Roversi, Djian, Roitfeld, Alt…), d’autres qui le deviendraient, le tout dans un esprit libre, décomplexé, audacieux. Mode femme, mode homme, artistes, écrivains, musiciens, philosophes s’y croisaient dans un télescopage inédit et joyeux.

Mixte n°1 Hors-série automne-hiver 96/97
Mixte n°1 Hors-série automne-hiver 96/97

Nous sommes en 2016. Nous avons tous un Iphone dans notre poche, rêvons d’un look de bibliothécaire faussement rétro signé Gucci ou d’une veste à rayures tennis Vetements. Nos Stan Smith aux pieds, nous avançons vers un avenir indécis. Secouée par les envies d’un monde connecté en permanence, version avance-rapide, la mode opte pour le ralliement des genres.

Tandis que la presse s’est transformée, Mixte est resté fidèle à la fougue et à l’indépendance qui le caractérisent. Les inconnus du début sont devenus des grands noms de la mode, le noyau dur formé par ses fondateurs Tiziana Humler, Christian Ravera et Guy Guglieri a gardé son dynamisme de toujours, entouré d’une équipe engagée, renforcée par l’arrivée de Franck Benhamou à la rédaction en chef mode. Ce numéro anniversaire pose des questions essentielles sur la mode et la société : l’avenir des défilés, la question du genre, les préoccupations des vingtenaires… Des sujets phare que l’on trouvait déjà dans nos pages il y a deux fois dix ans.

S’il faudra se rendre sur Instagram @mixte20ans pour retrouver les extraits grisants de nos archives, Mixte assume plus que toujours son rôle de tête chercheuse @inthemixte. Parmi les grandes nouveautés de ce numéro anniversaire à retrouver @mixtemagazine, un nouveau logo radical conçu avec la complicité des Graphiquants. Au cœur, ce X comme un point de rencontres où se croisent mode, culture, société, audace. Comme on dit en anglais : X marks the spot.