Art : un Air de Paris à Los Angeles

La galerie Air de Paris interroge la multiplicité des formes de récit avec "Le destin des châteaux croisés", exposition en résidence à la galerie Château Shatto de Los Angeles en compagnie de Guy de Cointet, Jef Geys ou Dorothy Iannone.

Figure éminente de la scène artistique belge contemporaine - il représente la Belgique à la Biennale de Venise en 2009 -, Jef Geys articule son travail autour de trois axes : sa vie privée, son environnement et son rapport au monde extérieur. Héritier du Bauhaus et de l'art conceptuel, l'artiste de 84 ans conçoit son oeuvre selon les principes d'égalité entre art et non-art. Archiviste méticuleux, il compile photographies, conversations et idées dans le "Kampens Informatieblad", un journal qui mêle sa pratique au récit autobiographique et floute les frontières de l'intime et du collectif. En réaction à l'élitisme des catalogues d'exposition, ce journal est distribué gratuitement depuis 1971 à chaque exposition de Jef Geys pour établir un lien direct entre l'artiste et le public. Exposée au sein de la galerie Château Shatto, dont le nom même joue sur le lien entre écriture et prononciation, l'oeuvre "Tribute to Chris Kraus with Mondrian colors" rend hommage à l'écrivaine américaine auteure du roman controversé I love Dick dont plusieurs exemplaires surlignés sont exposés. Sur un tissu Vichy huilé et tendu, deux carrés colorés en bleu et jaune convoquent le vocabulaire universel développé par Piet Mondrian : les couleurs primaires, l'horizontale et la verticale.

Dans les films, textes et peintures de l'artiste américaine Dorothy Iannone née en 1933 à Boston, l'intime occupe une place toute aussi prépondérante. Engagée contre la censure, l'artiste qui vit aujourd'hui à Berlin devient célèbre en 1961 pour son procès contre le gouvernement américain qui interdit la divulgation d'un autre roman sujet à controverse : Tropique du Cancer d'Henry Miller. "Enquête sur le monde de l'amour" selon Robert Filliou, les oeuvres de Dorothy Iannone explorent la représentation de l'union sexuelle entre l'homme et la femme. À la lumière d'interprétations personnelles du bouddhisme, du tantrisme et des traditions chrétiennes extatiques associées aux oeuvres baroques du XVIIème siècle, la jouissance sexuelle que l'artiste ne cesse de figurer suggère aussi la jouissance spirituelle représentée dans l'Extase de Sainte Thérèse du Bernin. À mi-chemin entre pop art et art brut, son langage pictural évoque quant à lui les silhouettes naïves et colorées d'Aloïse Corbaz, dont l'oeuvre en trois actes le Cloisonné de Théâtre réalisée sur une bande de papier de 14 mètres de long narre une passion amoureuse se concluant par la rencontre d'Amour et Psyché. D'abord diplômée en littérature avant de se consacrer à la peinture, Dorothy Iannone instille souvent des références littéraires dans le titre de ses oeuvres. En référence aux sagas islandaises du Moyen Âge, son oeuvre "An Icelandic Saga" narre sa rencontre avec l'artiste suisse Dieter Roth devenu son amant lors d'un voyage en Islande.

Mais c'est sans doute chez Guy de Cointet que l'accouplement entre l'art et le langage se fait le plus intense. Né à Paris en 1934 et mort à Los Angeles en 1983 où il s'installe dès 1968, Guy de Cointet se passionne pour les langues inventées, les rébus, les jeux mathématiques et les systèmes de représentation graphique de codes et de symboles. Ses oeuvres à l'intertextualité complexe sont exposées dans les plus grands musées du monde, du MNAM à Paris au MoMa à New-York en passant par la Tate Modern à Londres. À partir de 1973, certaines de ses peintures de lettres et de signes se muent en éléments de décors pour les saynètes qu'il écrit et met en scène. Sur fond comique et mélodramatique, ces intrigues au langage hermétique nécessitent un décryptage pour que le spectateur puisse en saisir le sens. Composées d'une succession a priori aléatoire de lettres et de chiffres écrits en rouge, la série de sérigraphies "CIZEGHOH TUR NDJMB" (1973) devient le décor et le script de de la performance "La très brillante artiste HUZO LUMNST présente son nouveau travail : CIZEGHOH TUR NDJMB". Devant cette série de treize sérigraphies, sur le sol en béton de la galerie Château Shatto, une télé diffuse un enregistrement de la performance. Durant quinze minutes, une femme traduit en plusieurs langues les phrases composées par Guy de Cointet. À proximité l'artiste invité Raul Guerrero expose un portrait de Guy de Cointet

"Le destin des châteaux croisés", jusqu'au10 mars. Galerie Air de Paris, en résidence à la Galerie Château Shatto, 1206 S. Maple Ave. Suite 1030. Los Angeles. CA 90015