Demain, Karl Lagerfeld a rendez-vous avec l'espace

Il en rêvait, Mixte l'a fait. Après des semaines de négociations, la rencontre entre le directeur artistique de la maison Chanel et l'astronaute français Thomas Pesquet, en orbite autour de la terre, aura bien lieu. Une conversation exclusive en partenariat avec France Info.
Karl Lagerfeld - mai 2017 - photo : Nicolas Wagner
Karl Lagerfeld - le 3 mai 2017 à paris - photo : Nicolas Wagner

Derrière ses insondables lunettes noires, on jurerait que Karl Lagerfeld a le regard pétillant d’un enfant. L’émerveillement face à la magie de l’incroyable. En mars dernier, c’est tout le public du défilé Chanel Automne- Hiver 2017-2018 qui écarquillait les yeux – et les iPhone – lorsqu’une fusée siglée du double C a décollé en guise de final pour une collection inspirée par l’espace. Une collection qui a agi sur nous comme un déclic : en retournant dans les archives de Mixte, nous sommes tombés sur une série photo datant de l'an 2000, pour laquelle Karl Lagerfeld avait recréé un décor lunaire dans son studio du 7e arrondissement, mettant en scène une Stella Tennant en tenue de cosmonaute. L’idée a fait son chemin : comment relier l’actualité de cette année aux images d’hier, et proposer à Karl de mettre en lumière une passion évidente pour l’espace ? Est arrivée l’idée folle de lui proposer un dialogue avec l’astronaute français Thomas Pesquet, actuellement en mission au sein de la Station spatiale internationale. Des semaines de négociations autour de deux agendas parmi les plus chargés de la planète – et au-delà ! Un seul rendez-vous possible avec l’espace : mercredi 3 mai, à 14 h 40, le jour même du défilé croisière de Chanel au Grand Palais

Emballé par la proposition, Karl Lagerfeld a donc fait le geste incroyablement généreux de quitter les backstages de son show dédié à la Grèce antique pour la Maison de la Radio, le temps d’une conversation rendue possible par les équipes de France Info. L’occasion de découvrir un Karl Lagerfeld qu’on n’imaginait pas : derrière ses facettes d’homme brillant, érudit, structuré, sommeille l’âme d’un grand enfant pris par l’excitation d’un direct avec l’espace : “Je suis enfantin à mort. On ne peut faire ce métier que si on a cette partie d’infantilisme – être mortellement sérieux, ça ne marche pas”. Faire le grand écart en quelques minutes, passer des vestales athéniennes à une conversation intersidérale ne le préoccupe pas une seconde : “Je flirte avec toutes les époques, toutes les régions du monde, et ça me va très bien. Surtout, je ne veux pas avoir l’air sérieux”

T-shirt blanc, Jean Colonna, culotte, Petit Bateau, ceinture plexi, Givenchy, gants Prada sport.

Lorsqu’il revoit ses images “spatiales” de 2000 parues dans Mixte, Karl les juge “très bien ; peut-être même mieux que le ressenti que j’en ai eu à l’époque. Regardez ce qu’on a fait, c’est pas mal, sachant qu’il n’y avait pas encore les ordinateurs. Nous avions construit ce décor dans mon propre studio, et Stella Tennant avait été géniale, comme toujours”. Cette série avait été directement inspirée des images du premier homme sur la Lune. Lui qui n’aime pourtant pas se tourner vers le passé, se souvient parfaitement de l’instant où il a découvert le saut de Neil Armstrong, le 20 juillet 1969. “Je sais très bien où j’étais : à Saint-Tropez, assis par terre, sur un tapis, le coude sur le canapé et la bouche grande ouverte !” N’y aurait-il pas une métaphore à filer entre Thomas Pesquet, star dans sa capsule loin du monde, investi d’une mission, et l’état d’un Karl pilote du vaisseau Chanel ? “Comparer, je ne sais pas. C’est plutôt de l’admiration. Ce qu’il fait n’est pas du tout pour moi. Je n’ai pas de mission, pour moi c’est naturel, je fais juste mon boulot, et dans des conditions formidables. Vous savez, au final, le sens de la vie, c’est la vie.” L’heure de la connexion avec la Station spatiale internationale approche. Le plateau prend des allures de direct. En régie, le décompte avec le Space Center de Houston commence. 3, 2, 1… 

Une interview exclusive à retrouver dès demain, samedi 6 mai à 8h30 sur Mixte France Info !