FASHION WEEK HIVER 2020-21 : QUAND PARIS MARIE SEXE, HISTOIRE ET POLITIQUE

2020 va sans doute marquer pour la fashion week de Paris le retour au porno-chic ainsi que l'affirmation de son ancrage politique (féminisme, crise climatique) ; tout ça en regardant dans le passé histoire de mieux assurer son avenir. Sexe, Histoire et politique : c'est le trio gagnant de la fashion week parisienne automne-hiver 2020-21.

Miu Miu FW20
Miu Miu FW20

Le retour du porno-chic

Il y a 20 ans, Tom Ford, alors à la tête de la direction artistique de Gucci et avec l’aide de Carine Roitfeld, nous inondait de porno-chic, peaux visibles et poses lascives. Et 20 ans, c’est en général pile-poil le temps qu’il faut à une tendance ayant marqué une décennie pour revenir sur le devant du podium. Ça tombe bien, nous sommes tout juste en 2020 et le cul-bourgeois fait son grand comeback. 

Saint Laurent FW20, Balmain FW20, Balenciaga FW20
Saint Laurent FW20, Balmain FW20, Balenciaga FW20

Chez Saint-Laurent, les mannequins moulées dans des tenues en latex noir avaient toutes la démarche déter d’une bourgeoise germanopratine prête à aller s’encanailler de l’autre côté de la Seine. Idem chez Balmain où les total looks latex ont été légion, portés quelques jours plus tard par Kim et Kourtney Kardashian elles-mêmes. Mais c’est surtout chez Balenciaga que le kink a été poussé à l’extrême avec des robes latex (gants inclus) qu’il faut enfiler avec du talc “sinon, ça ne passe pas”, dixit le PR de la marque. Bref,  #TalcIsTheNewLube.  

Y/project FW20, Mugler FW20, Didu FW20
Y/project FW20, Mugler FW20, Didu FW20

Qui dit porno-chic, dit forcément string, lanières et échancrures : un combo complet qu’a créé le designer Glenn Martens pour Y-Project. Probablement l’une des silhouettes les plus sexys ever de la marque immortalisée sur le catwalk par la mannequin néerlandaise Beaudine Drevel dont la démarche horny respirait plus l’ascension vers la petite mort qu’une banale séance de rando ;  à l’image du walk suave et chaloupé adopté par les mannequins de la marque Didu qui avait présenté sa collection dans une ancienne maison close de la rue Blondel, près de la rue Saint-Denis. Ah oui, et Mugler bien sûr a continué dans le soft-sex empowerment avec des silhouettes toujours aussi kinky AF. 

Le statement politique

Le monde fout le camp et la mode est bien obligée de s’intéresser aux préoccupations sociales et environnementales sinon elle va encore être taxée de frivole (oupsy !). Coronavirus, crise climatique, crise migratoire : histoire de nous marteler l’urgence de la situation, Balenciaga a décidé d’inonder son catwalk ainsi que le front row de son défilé qui semblait peu à peu s’engloutir dans les abysses de l’insouciance (un message à faire passer peut-être ?).

Balenciaga FW20
Balenciaga FW20

Une ambiance post-apocalyptique qui n’est pas sans rappeler le positionnement de Marine Serre qui encore une fois cette saison a présenté une collection avec des masques respiratoires hallucinants qui donnerait presque envie de choper le coronavirus pour pouvoir les porter et les assortir à son look. 

Marine Serre FW20
Marine Serre FW20

Pour la première fois, Maison Margiela a annoncé lancer sa ligne “Recicla”, un mélange de pièces recyclés entre vêtements vintage et vêtements en soldes. Bref, du recyclage façon Galliano pour limiter (un peu) l’impact de la mode sur l’environnement. Une préoccupation qu’a fait sienne Maria Grazia Chiuri chez Dior, qui en plus de faire faire son décor par l’artiste féministe Claire Fontaine, a tenu à préciser le lien entre crise climatique et société mysogine patriarcale. En gros, la terre ne pourra pas être sauvée si la femme ne l’est pas non plus. CQFD.  

Dior FW20
Dior FW20

Et c’est le temps qui coud…

La mode est en pleine crise existentielle et comprend enfin le besoin d’aller chercher dans le passé pour marquer son présent et préserver son futur. Leader en tête de cette tendance spatio-temporel ? Louis Vuitton qui avec Nicolas Ghesquière a présenté une collection avant-gardiste faisant écho à l’Histoire du vêtement et mélangeant les époques et les tendances comme ces silhouettes aux coupes rétro-futuristes empreintes de broderies et de brocarts. Normal, Louis Vuitton est cette année le grand mécène de l’exposition du Costume Institute au Metropolitan Museum of Art à New York, événement qui fête cette année ses 150 ans. Le thème de l’expo sera “About Time : Fashion and Duration”. Tout est dit. 

Louis Vuitton FW20, Paco Rabanne FW20, Celine FW20
Louis Vuitton FW20, Paco Rabanne FW20, Celine FW20

Plusieurs autres marques ont joué la carte des époques historiques comme Paco Rabanne qui a transformé les fameuses robes métal historiques de la maison en version Jeanne d’Arc badass du 21e siècle. Chez Comme des Garçons, il s’agissait de retravailler les silhouettes archives pour donner l’idée d’un “néo-futur” alors que Giambattista Vali a retravaillé ses classiques historiques. Chez Céline, on a poussé au max la tendance Seventies avec des pièces du soir aux détails et broderies à la limite du savoir-faire Couture.    

De la confirmation et de la fraîcheur 

Lanvin, dont la direction artistique a récemment été confiée à Bruno Sialelli, retrouve un vent de fraîcheur tout en reprenant les codes classiques de la maison, après un passage à vide nommé Lapidus. Chez Chanel, tout le monde était d’accord pour dire que la marque avait acquis une fraîcheur indéniable, une sorte de désinvolture et de jeunesse dans l’attitude des mannequins qui remettait Chanel dans le Top 3 désirabilité de la génération Z.  Idem chez Kenzo qui, avec Felipe Oliveira Baptista (son premier défilé pour la marque japonaise) a su pimper l'ADN de la marque à la sauce 2020. Enfin, chez Lacoste, Louise Trotter et Mark Howard Thomas, son ancien acolyte de chez Joseph tout juste embauché chez la marque au croco pour développer l’homme et les collaborations - ont proposé une collection colorée et sophistiquée, mêlant parfaitement l’univers à la fois sportswear et classique de Lacoste. Un carton plein. 

Lanvin FW20, Chanel FW20, Kenzo FW20, Lacoste FW20
Lanvin FW20, Chanel FW20, Kenzo FW20, Lacoste FW20

Ensemble, c'est tout

Parce que les temps sont durs, autant se serrer les coudes. Love is the answer, comme dirait l'autre. Du coup, pas étonnant que plusieurs marques aient décidé de faire défiler leurs mannequins main dans la main. En couple ou en threesome, parfois même en groupe à l'image de Thom Browne, Chanel et Issey Miyake.  

Thom Browne FW20, Chanel FW20, Issey Miyake FW20
Thom Browne FW20, Chanel FW20, Issey Miyake FW20