Fashion Week Homme : c'est déjà parti !

La fashion week milanaise s'est à peine refermée que l'on découvrait hier soir les début de Virgil Abloh dans les jardins du Palais Royal pour Louis Vuitton. Infos, commentaires et looks-phares sur la première partie du calendrier homme.
Défilé Louis Vuitton Homme SS19 - Palais Royal (Paris)
Défilé Louis Vuitton Homme SS19 - Palais Royal (Paris)

Fendi fait signe

Rouge et noir : les couleurs de la scéno signée Nico Vascellari, artiste aux origines punk, transforme le défilé Fendi dans lequel on sort (ou entre) en amour ou à Rome (voir l'imprimé Roma / Amor), en un coucher de soleil ardent. On note un travail sur le logo, décliné sur toutes les pièces, beaucoup de bobs, la revendication d'une dualité intérieure et, autour de l'axe rouge/noir, un camaïeu de beiges référents.

Le Marni des adultes

Esthétique post-berlinoise chez Marni, où le designer Francesco Risso regarde l'homme comme un phénomène hippie, avec chaussures à fleurs, chaussettes dépareillées et costards XXL. Peintures, photos, âges, coupes de cheveux et couleurs de peaux se mélangent. No rules. On avance libre, l'année 84 derrière soi. 

Prada à la papa

Qui n'aimerait pas se voir offrir un bouquet de fleurs fraîches et toniques ? Prada, c'est chic en chapka-short, c'est 70's sur une chemise à jabots et quand on parle chaussures à bout carré, c'est commercial comme il faut. Sous-pull griffé et baise-en-ville imprimés complètent une silhouette reconnaissable entre mille, ce que l'on doit notamment à ces pantalons qui sentent le neuf, parfaitement coupés. 

Lui Virgil, Louis Vuitton 

C'était un catwalk arc-en-ciel dans le jardin du Palais Royal, à Paris, et tout était prévu pour que l'image gay-choc accède au buzz mondial. Les débuts attendus de Virgil Abloh chez Louis Vuitton célébraient l'universalité du malletier, qui entérine définitivement les codes street comme faisant intégralement partie du luxe. A quand une femme noire ou d'origine arabe à la tête d'une grande maison ?