Fashion Week Paris : quel futur ?

Nouvelle session pour la fashion week Paris, qui signe la montée en puissance des jeunes créateurs que nous suivons depuis leurs débuts, de Marine Serre à Koché. Côté grandes maisons, de Dior à Saint Laurent, les défilés sont l'occasion d'exposer un vrai désir d'expérimentation.
MARINE SERRE FW19 — Look 3
MARINE SERRE FW19 — Look 3

effet de Serre  

Dans les caves de l'underground d'Issy-les-Moulineaux, plus branché tu meurs, les croissants de lune identifiant la maison Marine Serre annonçaient une nuit sans fin où le climat glacial ne se perpétuerait que sous terre, dernier refuge d'un Paris de février angoissé par des températures frôlant les 20 degrés. Sportivité des matières, motifs tartans, cagoules, sacs ballons et masques anti-pollution lançaient un pied-de-nez ironique aux négationnistes du changement climatique. On notait un make-up dark et extravagant, relevé par des pommettes lumineuses. 

CHRISTIAN DIOR FW19
CHRISTIAN DIOR FW19

lettre à Dior 

C'est désormais une habitude : Maria Grazia Chiuri convoque ses références intello, ses artistes de sexe féminin préférées et son idéologie de la mode, vue comme lieu d'apprentissage et vecteur d'empowerment, pour présenter des collections malgré tout inscrites dans l'héritage Dior. Un mix qui, cette fois-ci, en compagnie de l'artiste italienne Tomaso Binga, passait par une scénographie où l'alphabet était rejoué par des corps photographiés en noir et blanc. Un contenant universalisant à l'intérieur duquel s'exprimait un message valorisant la sororité, thème d'époque, et un style cherchant ses références Outre-Manche, chez la princesse Margaret (1930-2002), soeur cadette de la reine Elisabeth II, et les Teddy Boys des années 50 que la directrice artistique a voulu féminiser.

Koché FW19
Koché FW19

Koché cool 

Quand c'est Koché c'est cool. Alors qu'une pétition tourne sur Internet demandant la création d'un émoji "boule disco", on en apercevait sous le bras de mannequins à l'attitude footballistique défilant dans un AccorHotels Arena grandeur nature. Pour ce défilé, Koché voulait accompagner la Coupe du monde de football féminin qui aura lieu à Paris cette année. Une marque indé à la hauteur des grands événements : telle est le credo enthousiasmant de la maison, qui accueillait des étudiants en mode dans le public, loin des carrés VIP d'un autre temps. La mode appartient à tous (au moins visuellement), mixant les références coutures et les collabs Nike. 

Saint Laurent FW19
Saint Laurent FW19

Saint LAurent Noir

Pas de combat mais beaucoup d'affirmation : tel est le credo d'Anthony Vaccarello qui présentait une collection inspirée par la muse et amie d'Yves, Betty Catroux. Ligne d'épaule 80's, jupes raccourcies et robes du soir prêtes à l'emploi pour les red carpet du monde entier, c'était un défilé grand soir, glitter, encore et toujours noir, comme issu d'un classicisme sexy, tranquille, fluo, passe-partout. Les icônes d'hier (Bianca Jagger au premier rang) souriaient de ne pas tout à fait mourir. Lunettes noires, collants à pois, seins apparents servent un dress-code facile à (em)porter dans la nuit - toujours noire, évidemment.