Femen, je vous aime

Depuis sa série de "Détenues" en 2014, Bettina Rheims prolonge son virage explicitement politique en s’intéressant aux Femen qui, après les suffragettes du XIXème siècle et les mouvements des années 70, se définissent comme la “troisième vague” du féminisme. Exposition à la galerie Xippas à Paris.


Extrait du film réalisé par Sophie Bramly à partir de la rencontre de Bettina Rheims et des membres des Femen :

Bettina Rheims Après le travail que j’avais fait sur les femmes en détention, j’avais le sentiment d’être extrêmement utile. Depuis quelques années, je suis devenue beaucoup plus intéressée par la politique, je pense qu’aujourd’hui c’est un moment important, surtout pour les femmes. C’est un moment où tout est politique et où il faut être politique soi-même.

Inna Shevchenko Pour nous, c’était une piste nouvelle et intéressante pour délivrer notre message, le diffuser à travers le travail de Bettina, et de la façon dont elle l’envisage avec nous.

B.R. Quand j’ai vu le documentaire sur les Femen, par hasard, j’étais complètement fascinée par leur courage, fascinée par la beauté de ce qu’elles faisaient, par la justesse de leurs actions, chaque fois, tombant juste. Même s’il y en a une ou deux avec lesquelles je ne suis pas d’accord, je trouvais ça formidable.

I.S. Les Femen ont créé, changé l’image du corps des femmes. Ce n’est pas passif, mais actif ; ce n’est pas reposant, c’est tendu, on est « prêtes à partir et se battre ». Évidemment pour nous le point essentiel était de rester des Femen... De ne pas poser différemment, de ne pas rire et montrer... Oui, nous allons garder notre attitude.

Sarah Constantin Quand on fait une action Femen, on s’abandonne à une idée, à une cause, à un moment politique. On utilise nos corps qui sont parfois malmenés, là ils sont peut-être plus mis en valeur et sublimés.

B.R. Je ne voulais pas savoir ni à quoi elles ressemblaient, ni si elles étaient belles ou pas belles, cela m’était égal. J’ai été happée par leur intelligence, par leur humour, par leur sensibilité.

Exposition Naked War, Galerie Xippas (108 Rue Vieille du Temple, 75004 Paris), du 28 octobre au 25 novembre 2017.