Fiac : quel prix pour La Joconde ?

En marge de la Fiac 2017 qui a battu tous les records, la maison Sotheby's a mis aux enchères la collection Arthur Brandt, New-Yorkais d'origine féru d’œuvres surréalistes et dadaïstes. Tour d'horizon entre autres pièces de Marcel Duchamp, Man Ray ou Schwitters...
L.H.O.O.Q. de Marcel Duchamp, numéroté 25/35 - 30.1 x 23 
L.H.O.O.Q. de Marcel Duchamp, numéroté 25/35 - 30.1 x 23 

"Installée dans son appartement de New York, la masse d’œuvres réunie était si écrasante qu’il devait souvent se pencher pour ramasser les œuvres entassées sur le sol et pouvoir les admirer." Ainsi le vice-président de Sotheby's France Andrew Strauss décrit Arthur Brandt, collectionneur américain dont une centaine de pièces viennent de passer aux enchères. Entamée en 1955 quand il rencontre Marcel Duchamp dans un parc à New York, sa collection réunit peu à peu toiles, dont "Intervention d'une femme au moyen d'une machine" (1915) de Francis Picabia, collages (notamment de Man Ray) ou readymades, comptant des noms aussi prestigieux que Salvador Dalí, Max Ernst, Yves Tanguy, Hans Arp, Paul Delvaux, Hannah Höch, Kurt Seligmann, Kay Sage... Ou, parmi les artistes les plus contemporains, Tom Wesselman ou Neo Rauch. 

Parmi les 16 pièces de Marcel Duchamp au programme de la vente, une édition de la célèbre "Boîte-en-valise", musée portatif contenant 68 miniatures ou reproductions des oeuvres les plus connues de l'artiste, est partie pour 319.500 euros. La célèbre L.H.O.O.Q. (version de 1964), quant à elle, travestissant la Joconde de Léonard de Vinci en homme, affublée d'une moustache et d'un bouc, est partie pour 631.500 euros. Propriété du Parti communiste français à la suite d'un don du poète Louis Aragon, qui l'avait lui même reçue en cadeau de Duchamp, l'original est en dépôt pour 99 ans Centre Georges Pompidou. Explication de l'artiste : "En 1919, quand Dada battait son plein, et que nous démolissions beaucoup de choses, Mona Lisa est devenue la première victime."

*Son titre est à la fois un homophone du mot anglais look et un allographe français (suite de lettres qui ne prennent du sens que si elles sont enchaînées).