Haute Couture 2018 : le bilan parisien

En 2014, Jean-Paul Gaultier abandonne sa ligne de prêt-à-porter pour se consacrer uniquement à la haute couture. En 2015, Viktor & Rolf emboîte le pas. Alors que les fashion weeks s’entremêlent de plus en plus, la haute couture s’adapte aux changements qui traversent le prêt-à-porter. Tour d'horizon.
Valentino Haute Couture SS18 - Look 25.

Mercredi 24 janvier, à l’issue du défilé Valentino haute couture printemps-été 2018, Pierpaolo Piccioli l’affirme : « l’essence même du rêve de la couture, c’est son passé ». Une déclaration qui pourrait laisser croire que la fashion week haute couture est obsolète. Car si cette dernière fascine, c’est surtout grâce à son histoire dans laquelle les créateurs s’efforcent de s’inscrire. Chez Valentino, les extravagants chapeaux en plumes du modiste Philip Treacy se mêlent à des pantalons en moire fuchsia ou turquoise, à un sweatshirt brodé de fleurs et même à un simple débardeur blanc. Le vocabulaire classique de la haute couture se rapprocherait-il du prêt-à-porter ? À en croire la collection de Pierpaolo Piccioli, les clientes de haute couture sont désormais plus actives. Une « haute couture d’aujourd’hui » qui reste majestueuse mais prône le confort.

Pour le duo flamand d’A.F. Vandevorst, la fashion week haute couture incarne la liberté face aux contraintes commerciales qu’impose le prêt-à-porter. Depuis l’année dernière, An Vandevorst et Filip Arickx présentent leurs collections en marge du calendrier de la couture, en janvier et en juillet. Pour les 20 ans de la marque, 40 looks issus des archives et réimaginés pour aujourd’hui célèbrent la liberté créative allouée par la haute couture. De la selle de cheval recyclée en corset de leur toute première collection à la silhouette immaculée ornée de colombes taxidermisées.

Malgré son cahier des charges strict, la haute couture semble autoriser davantage d’expérimentations. Chez Maison Margiela Artisanal, taillés dans un tissu holographique qui, à l’oeil nu, ressemble à du nylon noir, trenchcoats et robes 3.0 irradient les écrans de téléphones. Plus perméable qu’auparavant, la haute couture s’adapte aux changements qui traversent le prêt-à-porter. Chez Azzaro comme chez Givenchy (qui opère cette saison son retour à la couture après une pause de huit ans) les collections sont mixtes. Un écho à l’impulsion lancée par plusieurs marques de prêt-à-porter. Coincée entre les fashion weeks masculines, les présentations de pré-collections et les défilés de prêt-à-porter qui viennent s'y greffer (Acne Studios, Proenza Schouler), la fashion week haute couture de ce début d'année était prétexte à tous les raouts, comme si le planning surchargé d'une mode débordant de vêtements n'avait d'autre issue, pour éviter l'overdose, que de resserrer son calendrier.