Les bonnes notes de Karl : "Je ne connais qu'un truc, c'est moi"

De Metronomy à Soko, Karl Lagerfeld aimait la musique et ses figures émergentes, la presse lui servant d'occasion à formaliser ces rencontres. Cette semaine, pour lui rendre hommage, nous avons scanné quelques photos qu'il avait réalisées pour nous et retrouvé une interview de lui, face au groupe de rock éphémère Rock & Roll.
Rencontre entre Karl Lagerfeld et The name of the band is Rock and Roll. Photo : Églantine Aubry
Rencontre entre Karl Lagerfeld et The name of the band is Rock and Roll. Photo d'Églantine Aubry parue dans mixte n°41 (août-septembre 2006).

Interview parue en août 2006 dans le magazine Mixte.

On sait que Karl est un talent polyvalent qui se passionne pour tous les univers artistiques. On sait moins qu'il donne volontiers un coup de pouce aux jeunes. Il a récemment photographié Rock & Roll, quatuor au nom autoexplicatif désigné espoir de l'année par les lecteurs des Inrocks, pour la pochette de leur premier EP, First Class Plane. Outre leur rock furieux qui fleure bon les 60s et 70s, Gricha, Matthias, Paul et Luc se démarquent par leur allure mêlant élégance et détails vintage. Le maestro a accueilli les jeunes Parisiens dans son studio de la rue Cambon pour une après-midi de discussion où le rire a eu la part belle...

Mixte Nous sommes là pour parler de l'allure au masculin. 

Karl Lagerfeld Ah, mais quelle est la bonne allure, justement. (A Gricha) Vous portez Allure comme aftershave, vous ? 

Gricha Non, mais lui oui. (Désignant Matthias.) 

K.L. Moi l'aftershave ce n'est pas trop mon truc. Je préfère les choses bizarres, les parfums Comme Des Garçons. Mais un parfum c'est un peu comme un tee-shirt. On ne peut pas lui donner un sexe. Nous avons tous deux bras et deux jambes. Qui peut me dire par exemple le sexe d'un anorak ? La fermeture Eclair a tout normalisé. Tee-shirt, débardeurs, jeans, anoraks, tout est normalisé. 

Metronomy en total look Karl Lagerfeld. Photo : Karl Lafergeld. Réalisation : Bélen Casadevall.
Metronomy en total look Karl Lagerfeld. Photo : Karl Lafergeld. Réalisation : Bélen Casadevall. image parue dans mixte n°58 (octobre 2008).

Gricha Pas les Écossais. 

Paul C'est quand même le pire costume traditionnel. 

K.L. Ça dépend sur qui, de la silhouette. Sur vous par exemple ... 

Paul Je trouve ça de très mauvais goût. 

K.L. Oui mais le mauvais goût poussé au onzième degré peut donner une nouvelle allure. Il ne faut pas avoir de préjugés. 

Gricha C'est Gaultier qui avait fait tout un truc autour des kilts. 

K.L. Oui mais ça date, c'est un discours très 80... Je suis d'accord pour que les hommes empruntent aux femmes ce qui leur va mais il y a certaines choses, la mousseline par exemple, qui devraient rester aux femmes. Chanel est bien connue pour avoir piqué des choses chez les hommes. Le vestiaire d'homme était bien plus commode que celui des femmes. Mais à une époque les hommes portaient aussi des corsets. Les uniformes avaient des corsets car les trucs étaient tellement serrés que ça pétait. C'est comme les chemises de playboys qui ont pris de l'estomac et qui boutonnent par-dessus. On voit juste les poils et les médailles qui dépassent ; s'il y a un truc qui manque d'allure c'est bien ça. 

Mixte Qu'est ce qui vous a interpelé chez ces quatre garçons ? 

K.L. L'allure moderne qu'ils ont. Un groupe de musique qui n'a pas d'allure, ça ne va pas. Ils s'en sortent bien. Il ne faut pas oublier que dans les années 60, ce look n'existait pas. Aujourd'hui ça paraît normal, mais à l'époque c'était très surprenant. 

Gricha A un moment tous les groupes étaient habillés pareil, en costume, et à un moment ils sont devenus plus extravagants.

K.L. Ce qui a été une vraie révolution, c'est David Bowie. Aujourd'hui il n'y a pas d'équivalent. Déjà vous êtes quatre, c'est plus difficile. Quand on est dans un groupe, on n'est pas seul. Moi, je ne pourrais jamais jouer dans un groupe ! Je ne connais qu'un truc, c'est moi. 

Rencontre entre Karl Lagerfeld et The name of the band is Rock and Roll. Photo : Églantine Aubry
Rencontre entre Karl Lagerfeld et The name of the band is Rock and Roll. Photo d'Églantine Aubry parue dans mixte n°41 (août-septembre 2006).

Paul Vous écoutez beaucoup de rock ? 

K.L. Ah oui ! Je peux vous montrer mes iPods... Michel Gaubert m'oblige à être au courant de tout. J'aime bien avoir mes iPods remplis de choses inattendues. Je ne sais même pas ce qu'il y a dessus et c'est une très bonne chose. Sur tous mes iPods - j'en ai soixante - j'ai fait mettre des choses que je n'irais pas chercher au fin fond de la pièce. 

Matthias La première fois que je suis venu au studio 7L, c'est un CD de Tom Waits qui passait.

K.L.  J'adore. Mais il ne fait plus rien. 

Gricha Il a dit qu'il quitterait les États-Unis si Bush était élu...

K.L. Pour vous, comment ça se passe ? Qui décide comment vous allez vous habiller ? 

Matthias C'est chacun son truc, mais si l'un d'entre nous fait une erreur on le lui fait comprendre. 

K.L Quels sont les critères pour une erreur ? 

Gricha Vous parliez du débardeur...

Matthias On évite par exemple d'avoir tous les quatre des lunettes de soleil accrochées sur notre tee-shirt. (Rires. Ils ont tous leurs lunettes sur leur tee-shirt.) 

K.L. Les vêtements sont plutôt classiques : le jean, la botte, la veste.

Gricha De toute manière pendant un concert les vêtements ne restent pas longtemps sur nous. Non pas qu'on termine à poil !

K.L. Vous les jetez dans le public?

Soko en total look Karl Lagerfeld. Photo : Karl Lafergeld. Réalisation : Bélen Casadevall.
Soko en total look Karl Lagerfeld. Photo : Karl Lafergeld. Réalisation : Bélen Casadevall. image parue dans mixte n°58 (octobre 2008).

Gricha On termine en jean et tee-shirt.

K.L. Mais j'ai l'impression que vous portez sur scène ce que vous portez dans la vie.

Matthias On est très jean tee-shirt blanc ou chemise blanche.

K.L. Vous vous maquillez sur scène ?

Matthias Gricha oui, un trait de khôl.

Gricha Fallait pas le dire !

K.L. Pourquoi ? Vous êtes contre le maquillage pour les hommes ? Justement, c'est important pour l'allure. Il ne faut pas avoir l'air d'un travelo non plus !

Gricha C'est important pour la lumière, une vraie lumière de cinéma. 

K.L. Je suis tout à fait pour ! Je ne veux pas dire qu'il faut porter des faux cils. Mais vous ne pensez pas au confort ? Vous êtes tous minces donc vous n'avez pas de vêtements inconfortables... 

Matthias Sur scène, je porte une veste pour les deux premières chansons et ensuite ça devient insupportable.

K.L. Une veste bien coupée n'est pas gênante.

Matthias Non, c'est la chaleur qui est insoutenable.

K.L. Et les chemises sans manches ? C'est assez joli. Vous n'aimez pas ? 

Matthias et Tricha Non, pas vraiment.

K.L. Ça dépend des bras. Et pour les vestes, quand les manches sont très étroites c'est mieux de ne pas avoir tout ce tissu qui gêne. Mais vous ne trouvez pas qu'il n'y a rien de plus démodé que la taille basse ? Quand on voit les photos de rockers du début des années 50, même Elvis, ils n'ont pas la taille très basse. On a l'impression qu'il ont le buste comme ça. Quelle est pour vous l'allure idéale ?

Gricha Quelque chose d'assez classique, bien coupé, plutôt serré. Pas un truc large.

K.L. Ah, c'est horrible. Passé un moment, ça finit par devenir votre taille. La meilleure idée au monde c'est d'avoir fait des vêtements qui ne sont pas larges. Comme ça, si vous ne rentrez plus dans un pantalon, vous le regardez d'un air méchant et vous faites tout pour pouvoir rentrer dedans le lendemain. Vous êtes encore dans un âge ou ça ne risque pas, mais la bedaine risque de vouloir se présenter et de vouloir s'installer. 

Matthias Le problème des rockers, c'est qu'ils boivent de la bière. Même à notre âge se sont des choses qui arrivent.

K.L. Regardez ce que ça fait à la longue. (Il dessine.) La taille basse en plus ça aplatit le cul, et pour perdre là il faut devenir squelettique ici. Les rockers fatigués c'est ça. Ils ont les cheveux qui poussent de travers. 

Matthias Je suis exactement comme ça sur la pochette !

K.L. Si vous l'êtes c'est ma faute. Moi je ne vois pas. Je sais qu'on a dû beaucoup retoucher mais quand même !

Paul Pourquoi vous ne faites pas d'homme ?

Berry en total look Karl Lagerfeld. Photo : Karl Lafergeld. Réalisation : Bélen Casadevall.
Berry en total look Karl Lagerfeld. Photo : Karl Lafergeld. Réalisation : Bélen Casadevall. image parue dans mixte n°58 (octobre 2008).

K.L. Quelqu'un d'autre le fait à ma place et j'y mets mon nom. Je déteste ça. J'ai une mentalité de client, j'achète à droite à gauche et surtout je déteste les défilés hommes. Je déteste les castings, je trouve ça humiliant, toute cette promiscuité...

Matthias On aime bien être bien habillés mais le problème c'est qu'on n'aime pas faire des efforts. 

Gricha On déteste le shopping. Si on trouve un truc qu'on aime on l'achète en deux exemplaires. 

K.L. Les vêtements, il faut bien les acheter ! Votre veste là, elle est de chez qui ? 

Matthias Agnès B.

K.L. D'habitude elles ne sont pas très serrés, mais la vôtre elle est bien. Levez vous pour que je voie comment ça se passe.

Matthias Attention ça va ressembler au dessin de tout à l'heure ! 

K.L. La manche est un peu courte pour vous mais ça va, vous vous en sortez.

Paul D'où viennent vos chemises ?

K.L. C'est Hilditch & Key. Ils font toutes mes chemises depuis l'âge de 16 ans. Mais un col comme ça ne peut pas se boutonner. Ça s'ouvre derrière. 

Matthias C'est collet monté.

K.L. Oui, je suis très collet monté comme vous avez dû le remarquer. J'ai toujours adoré ces cols, il y a des photos de moi il y a trente ans avec des cols comme ça. D'ailleurs c'est grâce à mon parrain. Il avait 75 ans quand je suis né et il est mort à 104 ans. C'était un homme très chic et il portait des cols très hauts comme ça. Moi j'allais à l'école avec un chemise et une cravate. Il y a une photo de ma première année de lycée ou l'on ne voit que des garçons en pull tricotés par maman, et au milieu une créature avec des cheveux longs, un nœud papillon et une veste noire. Mon père m'emmenait chez son tailleur. Il avait tous ses costumes en fil à fil, ce qui lui allait très bien mais que je déteste encore aujourd'hui. Dans le dos de mon père je suis allé demander au tailleur de changer, et j'ai pris un pantalon gris foncé et une veste en velours côtelés coq de roche. Je m'en souviens encore aujourd'hui !

Matthias Coq de roche ?

K.L. C'est une sorte d'orange, de rouille, de couleur tomate séchée. Mon idéal d'allure à l'époque. J'avais les cheveux longs d'une couleur très bizarre presque acajou. A 12-14 ans ils sont devenu plus foncés mais à l'époque je ressemblais à une commode, c'est ce que disait ma mère. Un jour on tombe sur un de mes profs qui demande à ma mère s'il serait possible de me couper un jour les cheveux. Elle a pris sa cravate, l'a foutue dans la gueule du prof et lui à demandé : "Vous êtes encore nazi ?" Je n'ai plus jamais eu de problèmes...

Matthias Vous avez remarqué qu'on n'est pas très bijoux.

K.L. Vous dites ça pour moi ? Au moins ça vous donne la possibilité d'être un jour très bijoux. C'est bien de pouvoir changer aussi.

Matthias On a vu une photo de vous en train de jouer sur une Rickenbacker.

K.L. C'est Mondino qui a pris les photos. Elle est marrante, mais je ne sais pas si on peut jouer avec des bagues comme ça. Il y a eu des phases où je ne portais pas du tout de bijoux. Mais ce que j'aime dans la mode c'est le changement. Un jour quand vous ne saurez plus quoi faire de vos royalties...

Gricha Qu'est ce que vous pensez des tatouages ? 

K.L. Je trouve ça assez dégoûtant. Un jour ça va être moins ferme et en drapé, qu'est ce que ça va donner ? Vous êtes tatoués ?

Tricha Non, mais on hésite parfois dans des états un peu alcoolisés.

K.L. Le Vogue nous avait demandé de photographier des gens tatoués. On avait fait un casting : c'était monstrueux. Certains avaient l'air de porter des collants imprimés. J'ai demandé stupidement si ça faisait mal et on m'a  répondu : "Quand on aime, on ne sent pas". Ignoble. Ça n'a jamais pu paraître d'ailleurs. Mais ce n'est pas du tout pour votre esthétique. Vous chassez sur d'autres terrains avec d'autres armes. Est-ce que vous avez une projection de l'allure que vous aimeriez avoir dans dix ans, quinze ans ? 

Matthias Non, parce que je suis toujours projeté à cet âge.

K.L. Après ça va être la rétrospective permanente... 

Matthias Avec Gricha, ça fait cinq ans qu'on part en vacances en Italie et cinq ans qu'on dit qu'on a 22 ans.

K.L. Vous allez dire encore longtemps que vous avez 22 ans. Les années les plus dures, c'est 29 et 39. Ce sont des années qui ne se terminent jamais. Tout ça serait sans valeur si ça ne changeait pas.

Matthias Moi je me vois bien avec quelques cheveux poivre et sel.

K.L. Vous vous voyez sans cheveux ?

Berry en total look Karl Lagerfeld. Photo : Karl Lafergeld. Réalisation : Bélen Casadevall.
Berry en total look Karl Lagerfeld. Photo : Karl Lafergeld. Réalisation : Bélen Casadevall. image parue dans mixte n°58 (octobre 2008).

Matthias Non, toute la famille en a. Sinon je demanderai des conseils à Elton.

Paul Bowie a de beaux cheveux.

K.L. Oui, mais il est devenu un peu péteux dans la vie.

Gricha Il a vraiment réinventé la décadence pendant des années... Et puis là...

K.L. En plus il n'est pas très grand.

Paul Et votre créateur préféré pour hommes, c'est qui ? 

K.L. J'aime beaucoup Dior Homme parce que ça me va. J'adore aussi Libertine, une marque américaine. J'aime Number Nine, Mastermind. Cloak. Thom Browne c'est très à la mode mais ça ne me va pas du tout : je me suis vu de dos à la télé et je me suis dit que je n'en mettrais plus jamais ! J'achète un peu de tout, des gens inconnu au bataillon qui font un prototype unique chez Max Field à L.A. On vit du vêtement donc on doit permettre aux gens de vivre aussi. Des gens superficiels comme moi achètent, même si c'est pour donner aux autres car il n'y a que 365 jours dans l'année.

Paul Si vous avez du Slimane dont vous ne voulez plus...

K.L. Mais bien sûr, vous faites quelle taille ? Je vais vous donner un conseil : ne fermez jamais les boutons des vestes, ça donne l'air d'un employé de banque. Et la vôtre ?

Matthias Elle a été faite sur mesure en Thaïlande.

K.L. C'est une légende. A Hong-Kong un type m'a poursuivi pour que je lui fasse faire des chemises. Je lui en ai donné une à copier, je ne l'ai jamais mise.

Matthias Enfin, ça peut servir si un jour vous avez un soucis financiers en fin d'année. Bon, on ne va pas vous voler toute votre après-midi...

K.L. Pas du tout, ça m'amuse de discuter avec vous !

Soko en total look Karl Lagerfeld. Photo : Karl Lafergeld. Réalisation : Bélen Casadevall.
Soko en total look Karl Lagerfeld. Photo : Karl Lafergeld. Réalisation : Bélen Casadevall. image parue dans mixte n°58 (octobre 2008).