La Poudre, le podcast explosif du féminisme 3.0

Féministe convaincue, Lauren Bastide a commencé l’ébauche d’un nouveau média avant même de quitter les plateaux de Canal +. Motivée par son appartenance au collectif Prenons la Une et ses constats navrants de sous-représentation des femmes dans les médias, la journaliste a lancé La Poudre, podcast aujourd'hui couronné de succès. Rencontre.

Quand on ne vous donne pas la parole, le mieux est de la prendre. C’est le constat réalisé par Lauren Bastide après ses expériences en presse écrite et surtout au Grand Journal, où elle exprimait tous les soirs la frustration de la contredite. Féministe convaincue, motivée par son appartenance au collectif Prenons la Une et ses constats navrants (à peine 25 % des prises de parole dans les médias sont réalisées par des femmes, seuls 18 % des experts invités sont des expertes), elle commence l’ébauche d’un nouveau média conjugué au féminin avant même de quitter les plateaux de Canal +. Fascinée par sa découverte du podcast, elle y voit “un moyen unique de passer des messages, un espace où déployer la parole en longueur. Le podcast est souvent l’endroit où s’expriment les communautés dont les voix sont moins relayées par les médias classiques”. Naissance de La Poudre, produite par Nouvelles Écoutes, la société montée par Lauren avec le journaliste Julien Neuville, lui aussi passionné par le long format. Chaque émission suit tout simplement le fil d’une conversation passionnante entre Lauren et son invitée, avec un déroulé constant et quelques questions phare. La discussion est livrée de façon “quasi brute”, l’idée étant de mettre avant tout en valeur la voix de l’invitée : “J’ai dû apprendre à trouver une voix, un ton qui serve de fil rouge. J’ai aussi dû travailler sur la façon de poser les questions, de préparer leur formulation pour laisser la place à la parole de l’autre”. Main de fer mais voix de velours, Lauren parvient ainsi à créer un cadre intime dans lequel Leïla Slimani, Rebecca Zlotowski ou Houda Benyamina se livrent, se libèrent. “Les faire parler de leur enfance au début de chaque conversation permet d’apprendre beaucoup sur chaque personne, et cela crée aussi une intimité rare, une facilité de dialogue.” Si Lauren prend le temps (les épisodes de La Poudre durent une heure environ) de faire parler ses invitées, l’acte d’accepter ce genre de podcast en écoute est en soi presque militant dans un quotidien régi par l’instantané et le picorage d’infos. “Je dis souvent que le podcast est l’anti-tweet, exprime Lauren, par ailleurs férue de réseaux sociaux. La parole est un acte durable, elle ne se périme pas.” Pour autant, elle tente de contourner les pièges chronologiques, évitant en général l’actualité chaude dans ses émissions – elle n’en a enregistré aucune dans les semaines précédant les présidentielles pour ne pas “marquer” le débat, même si les auditeurs auront pu entendre entre-temps Rama Yade, Karima Delli ou Najat Vallaud-Belkacem s’exprimer sur leurs parcours, combats et rapport avec leur utérus… Après trois mois de mise en ligne, La Poudre en est à plus de 300 000 téléchargements individuels, un objectif que la fondatrice s’était fixé pour la première année. Une campagne de crowdfunding a permis à Nouvelles Écoutes de prendre son essor – une première série politique autour de l’abstention, Parti Pris, a pris l’antenne dès le second tour de la présidentielle, avec d’autres projets en prévision, histoire de “former les auditeurs au podcast”. Dans la wish list de celles avec qui Lauren aimerait faire parler la poudre : Virginie Despentes et Christiane Taubira.

www.nouvellesecoutes.fr

La poudre et lauren bastide étaient partenaires de l’exposition My body my choice inaugurée le 8 mars pour la journée internationale du droit des femmes.