Louis Vuitton : Big in Japan !

Alors que la France avait les yeux sur l’investiture de son nouveau président et sa première dame habillée par la maison, Louis Vuitton présentait au Japon une collection Cruise dans un cadre exceptionnel. Une rencontre Paris / Tokyo explosive.

Il y a des lieux dont la perfection se passerait presque de commentaires. Le Miho Museum conçu par I. M. Pei (à qui l'on doit notre pyramide du Louvre) est de ceux là, vaisseau irréel posé en pleine nature à quelques encablures de Kyoto. Nicolas Ghesquière en avait bien saisi la magie en le visitant comme simple touriste. Devenu le cadre d’un défilé Louis Vuitton Cruise spectaculaire, le Miho Museum devient tout un symbole, son incroyable pont le lien entre deux cultures, deux univers, un podium jeté entre passé et présent. 

Adepte et fin connaisseur du Japon, Nicolas Ghesquière a livré avec cette collection « un Japon [que j’ai mûri] depuis longtemps », sublime collision des traditions et des influences. Estampes, vêtements traditionnels, costumes de théâtre ou d’arts martiaux insufflent leur présence dans le vestiaire contemporain – voir futuriste – de Ghesquière pour un résultat sans concessions. Guerrières manga au make-up savamment kabukisé (courtesy Pat Mc Grath et ses pinceaux magiques), les filles apportaient une énergie supplémentaire à ce mix déjà explosif. Mention spéciale aux imprimés illustrés signés Kansaï Yamamoto, pionnier de la mode japonaise exportée et autrefois costumier de David Bowie. 

Retro / futur, Paris / Kyoto, poésie / manga, élégance / attitude : un défilé comme un trait d’union entre de nombreux univers aussi contrastés que complices.