Milan sans lui : passage en revue des premiers défilés

En attendant le prochain (et dernier) défilé Chanel signé Karl Lagerfeld à Paris, revue des shows italiens et des présentations qui ont eu lieu cette semaine. Avec, entre autres, le freak show Gucci, la nouvelle jeunesse de Benetton, Margiela 100% blanc et Prada en mode dark... Et les adieux de Fendi à son créateur historique.
FENDI FW19 — Look 1
FENDI FW19 — Look 1

La vie continue sans Karl. Chez Gucci, on collait de fausses larmes aux joues des mannequins qui, dans une boîte à LED hyperviolentes, posaient comme d'habitude chez Michele, la question du vrai et du faux, de l'aveuglement, de la fiction et de la réalité. Entre pantalons matelassés roses et prothèses-oreille de chauve-souris hors-commerce, pulls de grand-mère geek et looks Famille Addams à Miami, on retrouvait les codes de science-fiction habituels, faisant cette fois-ci honneur aux masques. Derrière la tendance sexshop X Vendredi 13, il est assez fou d'observer à quel point les visages, hier si présents sur les réseaux sociaux, aujourd'hui disparaissent. L'expression de nos sentiments confisquée par la froide technique numérique, la mode reste un lieu de théâtre privilégié. Le succès hors normes de Michele tient sans aucun doute à ce qu'il comprend si finement de cette époque. Nouveauté : une silhouette plus structurée. On garde les mocassins. On rêve sous sa tête de chat.

Des chats, on en retrouvait dessinés à main levée sur les pulls Benetton nouvelle génération. Le premier défilé de la marque était signé Jean-Charles de Castelbajac, 69 ans et jeune transfert inattendu à la tête de la maison italienne, qui s'impose avec évidence. Castelbajac et Benetton partagent un sens immense de la couleur, une joie, une aspiration profonde aux valeurs éco-universalistes de la mode. Frais, beau, joyeux, on dirait du Ettore Sottsass (un vrai milanais, lui) sur du vêtement. La touche Mickey-pop en plus. 

Chez Prada, la figure de Frankenstein illustrait à merveille un romantisme sombre aux limites de l'agressivité, la bande-son soulignant l'attitude rock et noire de mannequins en rangers parfois roses mais longuement lacées. Gigi Hadid apparaissait en veste militaire sur une jupe quasi transparente, tout en dentelles. Pour autant, Muccia Prada n'est pas une guerrière ; elle cherche simplement à traduire ce qu'elle observe des conflits du monde, élevant des fleurs contre la paix. Eternelles roses rouges versus trop plein de sang. 

100% plus blanche, la présentation de la capsule MM6 Margiela proposait une expérience immersive et matelassée conduite par des mannequins seniors pour un effet visuel garanti. 

Quelques mots, enfin, sur l'hommage de Sylvia Venturini Fendi à celui qu'elle connaît depuis qu'elle a 5 ans. Karl Lagerfeld œuvra pour Fendi pendant plus de 50 ans. Celle qui fut parmi les dernières à l'avoir eu au téléphone savait qu'il ne pourrait pas assister à cette ultime collection, où les blouses reflétaient les cols hauts fétiches qu'il portait. Où la musique de Lou Reed rappelait que Lagerfeld faisait partie d'un monde qui avait connu Andy Warhol. Dernières paillettes d'un XXème siècle qui s'éteint définitivement avec lui. 

Gucci AW 19-20 - Look 63
Gucci AW 19-20 - Look 63
BENETTON X JEAN-CHARLES DE CASTELBAJAC FW19 — Look 48
BENETTON X JEAN-CHARLES DE CASTELBAJAC FW19 — Look 48
PRADA FW19 — Look 16
PRADA FW19 — Look 16
MM6 MAISON MARGIELA FW19 PRESENTATION
MM6 MAISON MARGIELA FW19 PRESENTATION.