Moi (Calypso Valois)

"La musique de Chopin a cette particularité, par rapport à d’autres compositeurs que j’aime aussi, de s’adresser à l’intime. Quand j’avais 5 ans, à l’écoute d’un morceau, je me suis demandé : mais qui est ce gars qui sait tout ce que je ressens et qui exprime tous mes sentiments ?"
Calypso Valois - photo : Christophe Decarnin
Calypso Valois - photo : Christophe Decarnin

“Je pense que s’il était de notre époque, je le demanderais en mariage ! J’ai toujours adoré Chopin, depuis que je suis enfant. Je le trouve beau, comme sur ce célèbre tableau de Delacroix que j’ai pris en photo au Louvre et que j’ai sur mon smartphone. Ces derniers temps, j’ai lu une bio très détaillée, je me suis même mise à détester George Sand… Je vais passer pour une folle ! Je zone même parfois là où il habitait, entre le 9e, le 2e, Chaussée-d’Antin… J’ai une carte de ses adresses successives que j’ai trouvée sur internet. La musique de Chopin a cette particularité, par rapport à d’autres compositeurs que j’aime aussi, de s’adresser à l’intime. Quand j’avais 5 ans, à l’écoute d’un morceau, je me suis demandé : mais qui est ce gars qui sait tout ce que je ressens et qui exprime tous mes sentiments ? Chopin a une touche vraiment personnelle, qui annonce la musique qui le suivra. Je ne sais pas dans quelle mesure je pourrais dire que ça m’influence, je trouverais ça présomptueux. J’ai l’impression que la pop est un art mineur par rapport à la musique classique. J’écoute beaucoup d’autres choses parce qu’il ne faut pas s’enfermer dans les vieilleries. Mais l’année dernière, j’étais tellement plongée dans la vie des compositeurs que j’admire que j’ai cru que je ne reviendrais plus dans le XXIe siècle ! Je trouve que notre époque manque un peu d’espoir. Je n’ai pas l’impression qu’elle pourrait produire un nouveau Chopin. Mais je n’ai peut-être pas suffisamment de recul, il ne faut pas être pessimiste. Parmi mes œuvres préférées, il y a sa Sonate en do mineur opus n°4. Dans un même morceau, il sait faire sentir la passion et la violence, plus que d’autres musiciens romantiques. J’aime aussi beaucoup ses études, comme La Révolutionnaire, qu’il a composée à 19 ans. Comment quelqu’un d’aussi jeune peut-il avoir autant de maturité émotionnelle ?! Et l’Étude opus n°10 dédiée à Franz Liszt dont il était proche, mais aussi la Ballade en sol mineur, ses Scherzos, ses Polonaises, même l’Héroïque que certains trouvent un peu ‘pompier’. Côté interprètes : Samson François pour les Nocturnes, Krystian Zimerman, un peu old school, et puis les vieux briscards, Vladimir HorowitzArthur Rubinstein. J’aime aussi beaucoup Martha Argerich, son assurance, son jeu quasi masculin, avec des doigtés très étranges.”

A voir, son dernier clip réalisé par Christophe Honoré :


Calypso Valois est la fille d’Elli et Jacno. Information qui ne renseigne pas vraiment sur la musique de cette jeune femme spontanée et enjouée. Elle s’était déjà exprimée musicalement avec le duo d’électro-pop Cinéma – et elle a d’ailleurs déjà joué au cinéma, notamment dans Personal Shopper d’Olivier Assayas, prix de la mise en scène au dernier Festival de Cannes. Son premier album est prévu en 2017. Il est réalisé par Yan Wagner, dandy sombre des claviers. Calypso et Yan semblent s’entendre comme larrons en foire, au moins depuis qu’ils ont joué ensemble Salle Pleyel en 2014, à l’invitation d’Étienne Daho pour sa soirée Tombés pour la France. À l’instar de Le Jour, premier single à la pop épique et synthétique et au lyrisme désenchanté, l’album promet de s’inscrire dans l’ère du temps, avec beaucoup de liberté. A paraître en 2017 (PIAS).