Moi (Jiang Qiong Er)

Shang Xia est la première maison de luxe chinoise, fondée en 2009 par Jiang Qiong Er avec le soutien d’Hermès. Designer formée en Chine et aux Arts-Déco à Paris, la fondatrice a voulu imaginer un art de vivre porté par le savoir-faire de l’artisanat chinois, mais totalement tourné vers le XXIe siècle. Meubles, vêtements, objets de décoration sont imprégnés de sens, d’une intemporalité étonnante.
Portrait de Jiang Qiong Er, directrice artistique et fondatrice de Shang Xia - photo Alexia Silvagni
Portrait de Jiang Qiong Er, directrice artistique et fondatrice de Shang Xia - photo Alexia Silvagni

“Ce n’est pas en faisant des publicités que l’on parvient à toucher le cœur des gens. Il faut savoir créer un lien émotionnel par la surprise, l’étonnement, l’émerveillement, le toucher. Si on réussit cette connexion, alors le plus dur est fait. Depuis le début des années 2000 et l’essor économique du pays, les Chinois sont très attirés par l’offre occidentale. Pour créer une nouvelle alternative issue de leur propre culture, il fallait faire ce travail sur l’expérience, proposer des produits qui soient porteurs d’émotions. Quand on touche ce bois qui a été poli par l’eau et qui est plus lisse que ma peau, on est émerveillé, surpris par cette matière au toucher totalement inattendu. Tous les sens peuvent être alertés. Je travaille beaucoup avec l’odeur, comme en atteste cette pièce habillée de briques de thé dans la boutique Shang Xia à Shanghai. Lorsqu’on y pénètre, on est comme réveillé, notre monde a déjà changé. Le savoir-faire raffiné peut même se ressentir à l’écoute : le compositeur de musique électronique Dou Wei a réalisé une création en utilisant les vibrations de notre bol en fine porcelaine coquille d’œuf, devenue ‘notre’ musique Shang Xia. Ce lien se fait au-delà du commercial. Nous avons passé deux ans à interroger 1 000 familles chinoises sur toute leur histoire au cours du XXe siècle. Nous en avons retenu 100, dont les souvenirs sont réunis dans une boîte à secrets qui contient des lettres, des photos, des billets de train, de théâtre… et peut être consultée dans tous nos magasins. Très souvent, les clients pleurent en découvrant son contenu. C’est rare, des gens qui pleurent dans une boutique de luxe.” 

www.shang-xia.com