Notre playlist "Fire" de février

Remèdes au froid de l'hiver ou rêves d'été ? De Lou Doillon à Flèche Love, de Sônge à Alma Forrer, notre playlist du mois sent le soleil de Californie, l'amour brûlant et chérit les grains de voix sulfureux.


Sônge au soleil

"Un soleil noir en été / D'une funeste beauté." L'écriture de Sônge voyage aux pays des collages post-internet, couleur Douanier Rousseau. Voix vocodée mais pas trop, la plus branchée des quimpéroise (vive le rap breton) a bossé avec Nk.F, ingé son des PNL, et rappelle étrangement la ouate futuriste de Planningtorock. Bravo.

Lou Doillon à chaud 

Gucci women, Lou Doillon revient dans un californien pour un album qui passe en boucle dans les rédactions mode (mais pas que). Énergique, rock, poignant, Burn (et l'album Soliloquy sorti dans la foulée) irradie(nt) de sincérité. Claire, sèche et limpide, la production tape du talon de santiag dans le désert.

Flèche Love piquéE au vif

Note d’intention d'Aminata, aka Flèche Love : « Avec ce titre, je questionne la masculinité. La masculinité toxique. Une empathie qui me pousse à me demander ce qui se passerait si un homme refusait de s’adonner au rituel du « Festa Tocandira ». Epreuve rituelle et initiatique, chez un peuple amazonien, qui consiste à prouver sa virilité en s’infligeant volontairement la douleur insurmontable des piqures de fourmis ‘Hormiga bala’.»


Alma Forrer fait du feu

Mylène Farmer chez les motards. A 25 ans, le premier single d'Alma Forrer ressemble à un tube coupable des années 80. A fond dans le cliché drama amoureux / sexy fragile, on se demande si le fantôme d'Elsa n'est pas revenu d'entre les morts pour faire taire les branchés noyés dans l'autotune.