Paul Smith sur la sellette

Si la maison a choisi de présenter désormais ses collections à Paris pendant la Fashion Week homme, l’univers Paul Smith n’en reste pas moins international et dynamique, à l’instar de Sir Paul en personne. Il a d’ailleurs signé un volume dédié à sa passion de toujours, le vélo.
Portrait de Paul Smith
Portrait de sir Paul Smith - Photo : Nicolas Wagner.

“Tout a commencé quand j’avais 11 ans : mon père m’a offert mon premier vélo. J’ai dû faire ma première sortie avec le club local environ un an plus tard. Les autres membres étaient plus âgés, et je me suis vite dit : “Chouette, pas de parents !” Nous partions en excursions dans la région de Nottingham, il y avait un vrai esprit de camaraderie. Très rapidement, devenir coureur cycliste professionnel est devenu mon objectif ultime dans la vie. L’accident qui a brisé ce rêve vers mes 18 ans était en fait un mal pour un bien : je n’étais pas suffisamment doué et, à l’époque, être coureur cycliste ce n’était pas un vrai job, comme me le faisait souvent remarquer mon père. Aujourd’hui, Bradley Wiggins, Chris Froome et compagnie prouvent que les choses ont bien changé ! J’ai beaucoup de chance, comme ils apprécient mes vêtements et mes inspirations, j’ai pu rencontrer tous ces champions et même suivre l’équipe Sky sur plusieurs courses grâce à un homme exceptionnel, Dave Brailsford, qui a su faire les microchangements nécessaires pour donner ses lettres de noblesse au cyclisme britannique. On s’envoie des textos régulièrement, je suis leurs résultats sur les grandes étapes. Le cyclisme m’a beaucoup appris sur l’esprit d’équipe : quand tu es sur une course, il faut soutenir le grimpeur dans les montées, faire la place belle au sprinteur… C’est pareil au studio, j’ai des assistants qui sont très doués en maille, d’autres qui sont de parfaits organisateurs. Je dirige aujourd’hui plus de 3 000 personnes rien qu’en Europe, et je me sers toujours de cette philosophie. Même si j’ai un vélo dans tous mes bureaux, à Londres, Paris, Milan ou Tokyo, je l’utilise plus pour parcourir des petites distances. Je vais à la piscine tous les jours à cinq heures du matin pour arriver au bureau à six. Mais lorsque je suis dans ma maison de vacances en Italie, l’été, là j’ai le temps de me remettre sérieusement à pédaler. Je réalise de bons parcours de 40, 50 kilomètres… avec un vélo de course offert par Bradley Wiggins – ce qui est plutôt un désavantage, d’ailleurs, car il n’a pas été conçu pour moi et que les gens s’attendent toujours à ce que j’aille super vite avec !”

Véritable parrain du prêt-à-porter à l’anglaise, Paul Smith ravit hommes et femmes adeptes de son tailoring, de ses imprimés et de sa maille colorée depuis plus de 45 ans. En librairie : Mon album du cyclisme, Paul Smith (avec Richard Williams), aux éditions Arthaud. 

www.paulsmith.fr