Rencontre avec l'artiste britannique Ralph Hunter-Menzies

Comme tout artiste post-internet qui se respecte, l'artiste britannique Ralph Hunter-Menzies mixe les techniques et pratique la peinture ou la photographie avec la même évidence. Rencontre express cet aficionado de l'espace public, des glitches et des nettoyeurs haute pression.
Ralph Hunter-Menzies - Photo : Nicolas Wagner
Ralph Hunter-Menzies - Photo : Nicolas Wagner

“Le rythme de la vie londonienne est très intense. C’est parfait pour mon activité car cela me permet d’avancer vite, de ne pas rester bloqué sur les choses. Il y a deux ans, j’ai commencé à effacer la peinture de mes toiles car j’étais mécontent de la direction de mon travail. J’ai utilisé un nettoyeur haute pression afin de retrouver une surface à peindre nette, mais au final j’ai été inspiré par les traces que laissait le nettoyeur. J’ai remarqué que les employés municipaux chargés d’effacer les graffitis faisaient exactement les mêmes gestes, et très vite mon travail a pris une tournure plus urbaine. J’ai toujours été fasciné par l’idée de la destruction comme mode de création, à l’instar des scènes musicales punk ou metal. Il ne s’agit pas de beauté mais de confrontation. Depuis quelques années, on ressent que les gens sont plus à cran ici, que c’est difficile. Il y a davantage de graffitis – ou bien c’est une déformation professionnelle qui me fait les remarquer plus qu’autrefois. Le milieu de l’art à Londres est unique car nous avons beaucoup d’artist-run spaces, ce qui permet une vraie liberté. Peu d’autres villes ont autant de galeries à ce niveau, que ce soit des espaces d’exposition ou des musées plus établis. J’ai peur que le Brexit ne limite les investissements et que les lieux ne ferment les uns après les autres. En ce qui me concerne, je m’apprête à collaborer avec l’artiste Amba Sayal-Bennett sur un grand panneau publicitaire dans l’Est de Londres. Elle va créer une œuvre que j’effacerai ensuite petit à petit. L’espace est dédié à l’art, et j’espère que d’autres artistes urbains viendront ajouter leur touche au projet.”

Pour en savoir plus : www.ralphhuntermenzies.co.uk