Sigrid Bouaziz, des podiums aux plateaux

Jadis repérée par la photographe Kate Barry, Oliviero Toscani, Vanessa Bruno et A.P.C., Sigrid Bouaziz a clôturé le dernier Festival de Cannes avec la projection du film d'Olivier Assayas, Personal Shopper, à découvrir le 14 décembre en salles. Rencontre.
Sigrid Bouaziz vue par Betrand Le Pluard
Sigrid Bouaziz porte un Sous-pull en jersey de soie CHACOK, pull et culotte en mohair PHILOSOPHY, mules et guêtres en cuir FENDI, ceinture en cuir NINA RICCi. Mise en beauté avec Baume Hydratant éclat Continu Prima, Maestro glow N°2, Eye Precision Retouch N°2, Eye to Kill Solo N°19 et Rouge d’Armani N°103 beige Giorgio Armani Beauty. Photo : Bertrand le pluard. Réalisation : Barbara Baumel.

Adolescente, Sigrid quitte son petit village des Yvelines sans boulangerie ni café pour aller travailler l’été dans la boutique de vêtements de son père, rue du Louvre. Suffisamment bien placée pour être repérée par la photographe Kate Barry (la demi-sœur de Charlotte Gainsbourg) et faire des photos pour Oliviero Toscani, Vanessa Bruno et A.P.C. “Mais c’est très difficile de se nourrir de ce métier, commente-t-elle. C’est abyssal.” Et ce n’est pas dans le rôle d’un mannequin qu’on la retrouve cet hiver dans Personal Shopper d’Olivier Assayas aux côtés de Kristen Stewart, mais dans celui d’une ébéniste, un rôle pour lequel elle a appris à faire des pieds de chaise. “C’est mon côté Cindy Sherman, sourit-elle. On pense que je suis ça… Eh bien, non !” La preuve avec la bonne trentaine de courts métrages qu’elle a tournés en sortant du Conservatoire. Souvent en milieux hostiles.

Robe en velours rouge NINA RICCI, boucles d’oreilles en or blanc et diamants BOUCHERON.
Sigrid Bouaziz porte une Robe en velours rouge NINA RICCI, boucles d’oreilles en or blanc et diamants BOUCHERON. Photo : Bertrand le PLuard. Réalisation : Barbara Baumel.

Un jour, elle se prend pour Jeanne d’Arc face à un Benoît Jacquot abasourdi dans une cellule d’isolement, un autre, elle plonge en apnée en mode Grand Bleu, et plus récemment, elle tente la spéléo dans un trou de trente mètres au fond duquel on lui promet un lac. “Il y avait des chauves-souris partout, l’équipe a eu du mal à me remonter… J’ai eu la peur de ma vie, confie-t-elle. Malgré tout, je me sens tellement bien en tournage… J’ai une responsabilité vis-à-vis de moi-même, celle de faire ce métier. Et, aujourd’hui, la célébrité est indispensable si tu veux atteindre des réalisateurs que tu admires.” C’est plutôt bien parti pour la jeune femme qui vient de tourner avec Thierry de Peretti, qui l’avait déjà mise en scène au théâtre dans Les Larmes amères de Petra von Kant, pièce pour laquelle elle avait dû renoncer à la saison 2 de Tunnel. “C’était très difficile de résister aux coups de fil hyperculpabilisants de Canal +, mais je n’avais encore jamais joué soixante fois au théâtre et j’avais envie d’investir ma ville tous les jours de cette façon.” Il est déjà loin le temps où la jeune fille montait à Paris, découvrait le Pulp avec ses grands frères, les pièces sanguinolentes de Jan Fabre avec son premier petit ami et essuyait les bancs de la fac en communication culturelle. Sigrid ne connaît pas l’ennui, et quand elle ne tourne pas, elle se met en scène avec une amie, textes de Sylvia Plath à la main.

La preuve en images avec cette Caméra de surveillance inédite réalisée par Bertrand Le Pluard :


Personal Shopper, un film d'Olivier Assayas, avec Kristen Stewart, Anders Danielsen Lie, Lars Eidinger, Sigrid Bouaziz... Sortie en salles le 14 décembre 2016.