Musée de la Chasse : Théo Mercier est-il une bête d'artiste ?

Retour au Musée de la Chasse et de la Nature pour celui dont on découvrait le travail, entre ces mêmes murs, il y a maintenant dix ans. Théo Mercier, qui se revendique "un peu chamane", réalise un nouveau tour de force au carrefour de l'anthropologie, de la géopolitique et du tourisme. Extraits.

Avec le titre de son exposition, "Every stone should cry", l'artiste français né en 1984, star autodidacte du milieu, questionne notre rapport à la domestication des arbres, des plantes, des pierres, et les limites de notre regard anthropomorphe, qui cherche sans cesse son reflet... Dans un jardin des illusions où le vivant jouerait tous les rôles pensés par et pour l’Homme, Théo Mercier invente un scénario autour du bonheur animal et du bonheur domestiqué, et nous place avec ingéniosité dans la position de visiteur-cobaye. 

"Every stone should cry" de Théo Mercier, exposition jusqu'au 30 juin.
Musée de la Chasse et de la Nature, 62 rue des Archives 75003 Paris.