Virgil Abloh : grosse fatigue

Suivant les conseils de ses médecins, Virgil Abloh va lever le pied et se retirer de la vie publique pour les trois prochains mois. Le créateur d’Off-White et de Louis Vuitton homme a expliqué son choix dans une interview au magazine Vogue.
Virgil Abloh photographié par Yann Morrison pour le Mixte #15 Spring-Summer 2016
Virgil Abloh photographié par Yann Morrison pour le Mixte #15 Spring-Summer 2016

Collaborations à outrance (Nike, Ikea, Evian...), Dj sets, six défilés par an (respectivement quatre pour Off-White et deux pour Louis Vuitton) : Virgil Abloh est aussi occupé et rincé qu’un candidat à la présidentielle en fin de campagne électorale. Résultat, la fatigue commence à se faire sentir. Heureusement, depuis le pétage de plomb de John Galliano en 2011, le monde de la mode voit venir de loin la menace burn-out et prend les choses en main. 

Voilà pourquoi le designer, suivant l’ordre de ses médecins, a décidé de prendre une pause de trois mois et de travailler de chez lui, ce qui ne lui permettra plus de voyager ni d’assurer ses apparences publiques. Il sera donc absent de son prochain défilé Off-White le 26 septembre à Paris et à la conférence de l’événement Vogue’s Forces Fashion à New-York le mois prochain ainsi qu’à la soirée d’ouverture de l'exposition Figures of Speech au High Museum d'Atlanta en novembre. "Je vais réduire la voilure, a-t-il assuré au magazine Vogue. Mon rythme actuel avec tous ces projets que je mène en parallèle, ces voyages intercontinentaux, ce n'est pas bon pour ma santé." 

Cette nouvelle annonce vient une fois de plus rajouter un dossier à la pile déjà conséquente des créateurs ayant tiré la sonnette d’alarme sur le rythme de travail effréné dans l’industrie (Alber Elbaz, Raf Simons, Martin Margiela). La préoccupation est si grande qu’elle est devenue en quelques années un véritable sujet de société disséqué par la presse mode (“Does Fashion has a mental health problem?” sur Business of Fashion, “Fashion Fatigue! Why Skipping Fashion Week Is Not Such a Bad Thing” sur Now Fashion) - mais également mis en scène par la culture Instagram avec les comptes satiriques @vogueturfu ou @stressedstylist qui montrent la folie et l’absurdité du métier. Mieux vaut en rire que guérir ?