Comment la mode combat le coronavirus

Durement touché par les conséquences de l’épidémie de Covid-19, le milieu de la mode a pris un tournant philanthropique inédit ces derniers jours. Donations, confection de masques, aide aux structures : retour sur les initiatives prises par les acteurs de l’industrie.

Traumatisée par l’épidémie de Covid-19, la mode s’est mise en ordre de bataille. Après des fashion weeks perturbées par le spectre de l’épidémie et une production chinoise ralentie, le groupe LVMH a donné près de 2,2 millions d’euros à la Croix Rouge chinoise le mois dernier, effort qu’il a poursuivi cette semaine en annonçant utiliser ses usines françaises de parfums et de cosmétiques pour fabriquer des gels hydroalcooliques à destination des hôpitaux et services médicaux français. Des initiatives qui ont poussé d'autres acteurs de la mode et du luxe à s’engager dans le combat contre le Covid-19. 

Annonce de Donatella Versace sur Instagram
Annonce de Donatella Versace sur InstagraM

En Italie, la société Chiara Ferragni a lancé une collecte de fonds (afin d’aider les hôpitaux italiens) qui a déjà dépassé les 4 millions d’euros de promesses de dons. Il y a quelques jours, c’est Prada qui a annoncé financer et pourvoir des hôpitaux milanais (Sacco, San Raffaele, et Vittore Buzzi) en postes complets de soins intensifs et de réanimation. Mais au-delà de l’aide purement matérielle, Giorgio Armani a indiqué avoir donné près de 1,2 millions d’euros à divers hôpitaux italiens tout comme Donatella Versace et sa fille Allegra qui ont donné à titre personnel 200000 euros au service de soins intensifs de l’hôpital San Raffaele. Une initiative suivie et complétée par la marque Versace elle-même qui a déclaré avoir versé 1 million de Yuan à la Croix Rouge chinoise. 

Le post Instagram de Kerby Jean-Raymond, créateur de la marque Pyer Moss
Le post Instagram de Kerby Jean-Raymond, créateur de la marque Pyer MosS

Chez Gucci, c’est le CEO Marco Bizzarri qui a personnellement donné 100000 euros à des hôpitaux de la Emilia-Romagna, l’une des régions italiennes les plus touchées par l’épidémie. Cependant, il n’y a pas que les grands groupes de mode qui s’engagent. Aux États-Unis aussi, de petites marques proposent de donner leur aide aux victimes directes ou indirectes de l’épidémie. Kerby Jean-Raymond, créateur de la marque Pyer Moss, a transformé son bureau new-yorkais en centre de donation pour le coronavirus. Celui-ci fournira à terme les équipes médicales en masques et gants de protection, mais aidera aussi financièrement les petites entreprises tenues par des femmes issues des minorités, durement impactées par cette crise sanitaire sans précédent. 

Les étudiants de la Prague's Academy of Arts
Les étudiants de la Prague's Academy of Arts

Mais la force de la mode, c’est aussi de mettre à contribution ses compétences. Qui mieux que l’industrie textile pour fabriquer des masques ? Alors que la designer Phoebe English a par exemple passé une annonce en proposant son aide dans la fabrication de masques tout comme les étudiants tchèques de la Prague’s Academy of Arts, Architecture et Design’s studios qui ont commencé à réaliser des masques grâce à des restes de tissus et de matières trouvées dans les deadstocks de l’école, le British Fashion Council vient de faire une annonce officielle demandant à tous les acteurs de la mode de prendre part au combat contre le coronavirus en mettant à profit leurs capacités techniques de confection. 

Phoebe English
Phoebe English